Fjllrven High Coast 24 Sacs à dos mixte adulte Dark Grey 24x36x45 cm W x H L tta2bi

SKU77558251296871
Fj?llr?ven High Coast 24, Sacs à dos mixte adulte, (Dark Grey), 24x36x45 cm (W x H L)
Fj?llr?ven High Coast 24, Sacs à dos mixte adulte, (Dark Grey), 24x36x45 cm (W x H L)

172 Ces articles concernant une œuvre qui deviendra soulèvent toute une série d’interrogations. Le tournage en cours s’annonce plus complexe que les précédents avec le passage au format trente-cinq millimètres et une durée de soixante-dix minutes. La réalisation suppose une équipe renforcée, des moyens matériels et financiers plus importants. En 1983, Paul Carpita a reconnu que lui et son groupe «composé essentiellement de camarades militants» avaient reçu une aide «considérable» sous la forme «de décors aménagés, locaux, cantine, abondante figuration, comédiens improvisés, tracteurs, camions» de la part de la fédération «de notre parti», de «notre journal , des syndicats de dockers de Marseille et de Port-de-Bouc et du Comité central «par l’intermédiaire de notre camarade François Billoux» HUGO BOSS Gilet Slim Fit en sergé mélangé à chevrons ds1Pq

173 Cinq ans plus tard, Paul Carpita a indiqué de nouveau que, sans les crédits «débloqués» par le Comité central, «notre film n’aurait pratiquement pu voir le jour» 197 . Ce soutien explique-t-il que le fond politique retenu corresponde, au travers de la grève du printemps 1950, à une «mise en avant» de l’image du docker, «ce personnage qui emporte avec lui son poids de réalisme socialiste, décrété représentatif des luttes ouvrières pacifistes» 198 ? Sur ce point précis, Paul Carpita a déclaré en 1989 avoir voulu «apporter un témoignage» sur un mouvement dont il avait été l’un des acteurs en réalisant «un film de fiction» qui serait «étroitement mêlé aux événements de l’époque et à la vie marseillaise» 199 .

174 L’attrait exercé par le music-hall sur les Marseillais conduit les responsables communistes à associer une «partie artistique» à leurs diverses manifestations pour les rendre plus attractives. Ils profitent de cet engouement pour organiser de nombreux concours de chant ouverts aux jeunes des quartiers ou aux groupes constitués dans les entreprises. Les cadres de la fédération apportent leur soutien à la formation de chorales puis, à la fin de l’année 1952, à l’expérience d’un music-hall populaire.

175 Les parties artistiques associées aux réunions des cellules, des sections ou des organisations de masse comportent toujours plus de cinq prestations. Les organisateurs cherchent-ils à donner leur chance au plus grand nombre possible d’artistes amateurs ou ces derniers ne possèdent-ils qu’un ou deux titres à leur répertoire? Cette multiplicité des numéros est-elle destinée à offrir au public un spectacle plus varié? Les affiches proposées en 1952 comportent presque toujours un chanteur d’opéra ou lyrique en la personne d’un ténor, d’un soprano ou d’un baryton. Fantaisistes, comiques ou chansonniers se produisent aussi la plupart du temps. Ce genre semble toutefois connaître une évolution puisqu’un seul comique troupier est mentionné alors qu’apparaît un fantaisiste qualifié de «swing». Un troisième groupe d’artistes est constitué par l’ensemble des diseurs et diseuses, par les réalistes et les chanteurs et chanteuses à voix. Un piano ou un accordéon fournit le support musical nécessaire. La popularité d’Yves Montand est telle que ses disques permettent de rehausser l’éclat d’une soirée lorsqu’il est impossible de mettre sur pied une «partie artistique».

48 Le 7 janvier 1952, publie l’appel du comité fédéral appelant à la commémoration du deuxième anniversaire de «la manifestation populaire contre la guerre du Vietnam». Rédigeant dans l’édition du 1 novembre 1952 de ce quotidien un article de soutien à Jeanne Bergé alors incarcérée aux Baumettes, Gaston Lenfant rappelle que le fut retardé tandis que «les travailleurs et le peuple de la grande cité» s’opposaient aux CRS pour «faire triompher la paix». Georges Righetti prédit en janvier 1954 que la grève des marins de ce navire restera «gravée en lettres d’or dans les pages glorieuses de l’histoire des luttes du mouvement ouvrier français» et que le cortège «imposant et pacifique» qui descendit la Canebière en cette occasion représenta tout à la fois «l’honneur de la France» et une «manifestation concrète d’internationalisme prolétarien» 59 . L’éditorial de consacré le 21 juillet 1954 au cessez-le-feu en Indochine affirme que le 10 janvier 1950 restera «une date pour l’histoire de Marseille».

49 La grève des dockers de mars et avril 1950 s’intègre elle aussi en bonne place dans la mémoire collective proposée aux militants communistes. Le douzième numéro de , revue éditée en 1950 par la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique mentionne que les travailleurs des quais ont élevé le niveau de la lutte pour la paix en refusant de charger des armes destinées à l’Indochine. de l’année 1951 consacre cinq pages aux dockers de Marseille, «garde-côtes de la Paix engagés dans la bataille du Port» liebeskind Villanova City cartable femme Schwarz Oil Black 16x41x33 cm L x H D n7ng5B7vjY
. Dans les de juillet 1951, Pierre Emmanuelli exalte «la grande bataille» sur les quais qui «a eu dans tout le pays et dans le monde entier de profonds échos». Le 18 décembre 1953, au cours d’un meeting tenu au cinéma Saint-Lazare pour réclamer l’ouverture de négociations avec Ho Chi Minh, Lucien Molino salue les dockers et les marins qui, «les premiers», sont passés à des actions concrètes 61 . Le 6 janvier 1954, Antoinette Prève déclare voir dans la «magnifique grève» de 1950 «une grande leçon d’internationalisme prolétarien» de laquelle découlent les perspectives de paix actuelles 62 . À la suite de la signature de l’accord de cessez-le-feu, du 22 juillet 1954, puis trois jours plus tard, consacrent une page entière au rôle joué par les militants marseillais dans la lutte contre la «sale» guerre. «La paix en Indochine est notre œuvre» affirme Paul Cermolacce dans le numéro d’août 1954 de l’organe du syndicat des marins CGT de Marseille.

50 Les luttes actuelles ne peuvent être que positives du fait de la volonté de présenter le Parti sous les traits de l’avant-garde éclairée du mouvement ouvrier. Cette exigence incontournable conduit la presse communiste à user d’un véritable code préétabli lorsque les faits contredisent cette prétention. De telles formules sont en particulier utilisées pour camoufler l’échec d’une grève qui avait auparavant bénéficié d’une importante couverture parce qu’elle était jugée représentative de la combativité de la classe ouvrière marseillaise (les peintres de bord en juillet 1952) ou qu’elle s’intégrait dans un mouvement national (les fonctionnaires en août 1953).

Aller au contenu

Accédez à l'intégralité de Mediapart sur ordinateur, mobile et tablette pour 1€ seulement

Accédez à l'intégralité de Mediapart
Je m'abonne

Identifiez-vous

Rejoignez-nous

Choisissez votre formule d'abonnement pour accéder en illimité à tout Mediapart.

Je m'abonne à partir de 1€
Ce texte n’a pas vocation à discuter de l’ensemble des aspects du réchauffement climatique. Il s’agit plutôt d’une petite contribution qui vise à pousser à la discussion sur les transports gratuits.

Le réchauffement climatique est sans doute l’un des principaux enjeux de notre génération. Si nous ne sommes pas capables, collectivement, de mettre un coup de frein net aux logiques productivistes, alors nous nous dirigerons vers une catastrophe terrible pour l’humanité et l’environnement.

Contrairement à ce que sous-entend Macron, ce ne sont pas les plus pauvres qui sont responsables de la crise écologique. La supposée surpopulation de l’Afrique (qui n’est aucunement réelle, la densité de population mondiale étant plus importante que celle de l’Afrique), et plus précisément ses propos sur les femmes africaines relèvent à la fois du racisme néocolonial, mais aussi du sexisme de bas étage.

De plus, scientifiquement, rien ne montre que la crise écologique est la résultante d’un nombre trop élevé d’humains sur Terre. Jean-Christophe Victor a consacré une émission du Dessous des cartes sur le sujet, pour aller contre les idées réactionnaires alimentant les argumentaires faussement écologistes.

En réalité, le début de la crise écologique est lié à la révolution industrielle, d’une part, et au développement de la société de consommation – autrement dit, la mondialisation capitaliste. C’est donc à ces maux qu’il faut s’en prendre.

Aussi, rejeter – même en partie – les problèmes écologiques sur les femmes africaines montre une félonie crasse du président Macron, d’autant plus lorsque l’on connaît la politique de la France en Afrique, que ce soit via ses multinationales, ou via ses interventions militaires.

Si le président Macron souhaite réellement faire de l’écologie – outre la rupture avec le colonialisme et la Françafrique – il devrait se pencher sur la question centrale: celle des transports. Et c’est peu dire que Macron n’est pas franchement bon sur le sujet. Plus globalement, c’est le système politique – le capitalisme – qui nous mène à la catastrophe. Macron n’est qu’un représentant de ce système. Par exemple, la politique des «bus Macron» va totalement dans le mauvais sens… à l’heure où c’est le transport ferroviaire qu’il faut développer, et la production globale qu’il faut diminuer. Mais elle n’est que l’expression d’une globalité qu’il faut combattre aussi pour ne pas tomber dans l’anti-macronisme stérile.

association internationale pour une politique industrielle des technologies de l'esprit

association

Accueil » Blogs » ftrommenschlager's blog

"LES GENS RECLAMENT LA LIBERTE DE PAROLE COMME COMPENSATION A LA LIBERTE DE PENSER QU'ILS UTILISENT RAREMENT"

Soren Kierkegaard - Philosophe danois chrétien du XIXème siècle

Dans les démocraties anciennes (USA, Canada, une partie de l’Europe occidentale, Australie), les gouvernements n’ont plus la possibilité, pour de multiples raisons (tant morales que culturelles, historiques, d’image et de crédibilité) d’imposer leur volonté absolue par la force militaire ou policière comme dans d’autres régions du monde. La seule façon d’imposer cette autorité consiste à se servir de la crise pour asservir, sous couvert de protection régalienne, les peuples qu’ils gouvernent.

Extension de la doctrine du choc, chère aux démocrates radicaux américains, (qui, à l'instar de la théorie de la Canadienne Naomi Klein, défendent l’idée selon laquelle l’espace public est de plus en plus restreint au profit des multinationales), la stratégie du choc permet aux gouvernements démocratiques et néo-libéraux (ou ultra-libéraux) d’asservir leurs peuples en se servant de techniques telles que la régression psychologique, les peurs sécuritaires et les processus d’infantilisation économique, sociale, culturelle, politique. Au final, les peuples apeurés, sous l'influence des médias, se réfugient derrière leur gouvernement et acceptent de sacrifier une grande part de leurs libertés sur l’autel de la sécurité...

Si toutefois, par malheur pour ces gens-là, l’humanité [notamment par le biais de l’éducation] parvenait à prendre conscience de ce qu’elle est, cela sonnerait le glas de cette caste qui constitue la «tique-mère» de l’ultra-libéralisme, longtemps soutenu par Milton Friedman et l'école de Chicago. Retarder cette échéance constitue un enjeu vital pour ces pervers des nations globalisées. L’émergence d’un système alternatif fiable basé sur la confiance, comme l’économie contributive (13), marquerait l’annihilation définitive de ce groupe noir (14) ayant choisi un mode de vie sans issue, et tentant de nous l’imposer. Tant que les citoyens et les nations ne modifieront pas leurs modes d’existence en vue de se soutenir mutuellement, nous subirons l’horrible laideur de conditions de vie moyenâgeuses… avec les serfs en zone rouge, et les seigneurs en zone verte, le tout séparé par des fils barbelés… comme par le passé!

Les sept techniques de l’asservissement - D'après un extrait de l'ouvrage "Je n'est pas un autre" du psychanalyste et psychosociologue Franck Trommenschlager :

Ce groupe noir, [ayant engendré au fil du temps d’autres sous-groupes parallèles, tous obnubilés par les finances, le contrôle sans faille des masses et des moyens de production], étend son hégémonie en utilisant des procédés très anciens et maintes fois éprouvés au fil des siècles. Selon certaines versions historiques, c’est sous ces mêmes méthodes fallacieuses que fut saccagée l’emblématique bibliothèque d’Alexandrie par des chrétiens extrémistes [elle sera détruite définitivement vers 640], sous la houlette de l’évêque Cyrille en 415 de notre ère. L’éminente philosophe Hypatie mourut peu après ces funestes événements, victime d'un lynchage sur lequel pèse lourdement l'implication du patriarche (v).

Voici un exemple non exhaustif de sept de ces procédés, nous en retrouvons certains de nos jours, sous couvert du marketing et du neuro-marketing:

-------------------

D’autres ouvrages consacrés aux pervers narcissiques, ces experts dans l’art du maquillage et du détournement des perceptions, complètent bien ce funeste tableau. Il va sans dire qu’identifier le serpent et s’immuniser de son venin est une étape de mithridatisation ( 15 ) primordiale dans le cheminement vers la beauté authentique.

Un dernier passage voudrait que je parle brièvement de l’esthétique, car au cours de l’histoire des civilisations, ces groupes se transmettant cette «hideuse doctrine» n’ont jamais cessé de lutter contre l’extériorisation de l’âme noétique; notamment en pillant ou en détruisant le patrimoine mondial de l’humanité, à travers les désastres écologiques, les guerres [même récentes] ou les braderies de monuments historiques au profit de milliardaires inconnus!

L’esthétique, quelque soit sa représentation concrète, constitue la mémoire de l’homme à travers les strates de son évolution; cette notion sera par ailleurs développée dans mon deuxième ouvrage. Contempler la beauté signifie se rappeler et entretenir cette petite partie de nous, si fragile, que dans nos maux nous l’oublions. Car qui sommes-nous, nous les pauvres hères malvoyants, sourds et muets, face aux attaques de ces hordes affamées? Ils ont su développer, au cours des époques, leurs capacités à nous diriger avec pugnacité dans le seul objectif de ne jamais changer, de ne jamais mourir… et nous ne sommes pas, pour le moment, suffisamment armés pour lutter avec acuité contre les «courants toxiques» mentaux qu’ils déversent sans vergogne dans nos cerveaux.

Sources, et origines détaillées des groupes noirs politico-économiques :

Trommenschlager Franck et Editions du pont de l'Europe - Tous Droits Réservés ©2014. Droits sur l'ouvrage : « Je n'est pas un autre - Ou comment reconquerir sa beauté intérieure ». Oeuvre déposée et protégée en date du 23 août 2013.

Numéro ISBN 978-2-36851-028-5. La loi apporte sa protection à toute oeuvre sans distinction du genre, de la forme d'expression, du mérite ou destination (art L. 112-1 CPI). Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation expresse de l'auteur.

Les castes et les cartels stimulent les instincts humains les plus grégaires, instincts qui doivent être assouvis rapidement, puisque dangereusement pulsionnels;

NEIGHBORHOOD Striped Cottonjersey Tshirt Camel CeTwxcEuDp

Assemblée permanente des Chambres d'agriculture

Chambres d'agriculture France

Tel : +33 1 53 57 10 10

Fax : +33 1 53 57 10 05

accueil@apca.chambagri.fr